2015 – création de la F.A.K.V.D.F.

« F.A.K.V.D.F »
fédération AïKiVuDao France

federation.akvd.fr@aikivudao.com
(01/12/2015 – extrait journal AKVD 1er trimestre 2015)


Voici désormais le nom de la nouvelle fédération qui rassemble les clubs
d’aikivudao-aikibudoviet à Marseille et au-delà.


Il faut bien comprendre que notre aïkido ne prend pas naissance aujourd’hui. Sa création remonte plus raisonnablement à 1976. C’est à cette date que Jean-Pierre ROUVIERE reçu le diplôme d’état d’enseignant Aïkido délivré par l’U.N.A.

L’aïkivudao, a traversé plusieurs décennies, est passé par plusieurs fédérations, mais garde sa vision indépendante de l’aïkido. Maintenue par Jean-Pierre Rouvière et le collège de ceintures noires composé d’anciens de la première heure et de jeunes pratiquants motivés.

La Fédération d’aIkivudao France est une association loi 1901
qui regroupe toutes les associations qui gèrent les clubs d’aïkivudao.

LES CLUBS

Dans le principe, chaque club doit être géré par une association, composée d’un bureau (à minima président, trésorier, secrétaire). Cette association a pour but d’organiser la pratique d’un club, de tenir à jour la liste des licenciés, de respecter le règlement de la fédération, le programme des techniques, d’assurer l’animation du club et la promotion de l’aïkivudao. Elle doit être en mesure de proposer une assurance en cas d’accident ou blessure. Elle veille à ce que ses élèves respectent les valeur de l’aïkivudao. Elle tient une comptabilité de type entrée/sortie (ou crédit/débit).
Attention les instructeurs ne sont pas forcément les membres du bureau. Le bureau gère la partie administrative, les instructeurs la partie technique. Mais tous doivent connaître le fonctionnement de leur association, de leur club et de la fédération.

LA FEDERATION

La fédération a le même objectif, mais gère des associations. Elle veille à ce que chaque pratiquant soit licencié, à ce que les règlements fédéraux soit appliqués. Elle s’assure que tous les enseignants des clubs disposent des diplômes fédéraux, DAF (diplôme d’animateur fédéral) ou DIF (diplôme d’instructeur fédéral). Elle peut avoir une action disciplinaire envers les clubs qui ne respectent pas le règlement et les valeurs de la fédération. Elle tient également une comptabilité complète et
détaillée. En tant que représentant de la discipline aikivudao elle est l’interlocuteur du ministère de la jeunesse et des sports, envers lequel elle peut demander un agrément national.
De plus, et afin de permettre une reconnaissance internationale, la F.A.K.V.D.F est également affiliée aux arts martiaux vietnamiens français qui eux-même sont reconnus par la fédération mondiale d’arts martiaux traditionnels vietnamiens (World Federation of Vietnam Vocotruyen).
Au-delà des clubs historiques : la Batarelle, l’Aka club puis plus tard Jean-Jaurès, les Lilas, le Merlan, de nouveaux clubs commencent à se développer en France et à l’étranger. Puisque nous accueillons désormais 6 nouveaux licenciés à Bamako (Mali)

DIPLOMES

L’enseignement, la préparation des instructeurs sont une priorité pour la reconnaissance de l’aikivudao. Dans ce but, les diplômes d’enseignement vont être repris pour s’adapter à la législation française et européenne. A ce jour les certificats de qualification professionnels (CQP) sont les seuls à permettre à un enseignant d’être professionnel. Or les CQP n’existent pas encore en Aïkivudao. Le diplôme national le plus élevé reste donc le diplôme d’instructeur fédéral (DIF). Il permet toutefois à un enseignant de gérer un club en toute autonomie et de pouvoir bénéficier de remboursement sur ses frais personnels (déplacement, investissement, matériel, équipements). A noter toutefois que la FIAMV est en cours de reconnaissance du ministère « jeunesse et sports » pour devenir une fédération délégataire. Les incidences seront donc directes sur notre groupe, avec une possibilité de transformer nos diplômes en diplômes d’état et d’accéder aux diplômes nationaux CSP et BPJEPS.